Critiques envers la Neuropsychanalyse

Extrait de “Dictionnaire de neuropsychanalyse" de Serafino Malaguarnera, 12 octobre 2016, pp. 315-321.


Il y a des critiques provenant de psychanalystes qui portent sur l’utilisation du mot neuropsychanalyse pour indiquer la création d’une discipline mixte. Par exemple, Boris Cyrulnik, dans un éditorial d’avril 2010, soutient l’idée qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser le label neuropsychanalyse pour désigner ce que d’autres appellent une attitude intégratrice entre ces deux domaines, la psychanalyse et les neurosciences.                                                              
Plusieurs psychanalystes et biologistes ne partagent pas la volonté de rapprocher la psychanalyse et les neurosciences. Par exemple, Christophe Chaperot, Viorica Celacu et Christian Pisani écartent toute possibilité de rapprochement entre ces deux disciplines, car il n’y a pas une identité de leurs objets d’un point de vue épistémologique.                      
D’autres auteurs (Blass et Carmeli, 2007) affirment que les neurosciences n’apportent rien à la théorie et à la pratique psychanalytique, car les neurosciences  ne peuvent pas contribuer de manière significative au domaine qui est propre à la psychanalyse, notamment celui des significations. Sans mettre en discussion le substrat biologique des processus mentaux, la compréhension du fonctionnement des substrats biologiques n’apporte donc aucune aide à la compréhension du fonctionnement mental. D’autres auteurs (Pulver, 2003 ; Mechelli, 2010 ), qui avancent les mêmes critiques, soulignent la non-pertinence des neurosciences à la pratique psychanalytique. De plus, la neuropsychanalyse ne se limite pas à proposer des relations entre les neurosciences et la psychanalyse, mais propose également une perspective biologique qui serait une nouvelle perspective sur la nature de la psychanalyse (Blass et Zvi, 2008). La crainte serait alors que la neuropsychanalyse, difficile à concevoir comme analytique, conduise à une biologisation de la psychanalyse qui minerait son essence (Edelson, 1986; Blass et Carmeli, 2007).   
________________

Bibliographie :                                                                                                                                                    
Blass R. B., Zvi C. (2008), Plaidoyer contre la neuropsychanalyse, L’Année psychanalytique internationale, 2008/1, Volume 2008.                                                                                                                                   
Blass R., Carmeli Z. (2007), The case against neuropsychoanalysis. On fallacies underlying psychoanalysis’ latest scientific trend and its negative impact on psychoanalytic discourse, International Journal of Psychoanalysis, 88 (1): 19–40.                                             
Edelson M. (1986), The convergence of psychoanalysis and neuroscience—Illusion and reality, Contemp Psychoanal 22:479–519.                                                                                               
Mechelli A. (2010), Psychoanalysis on the couch: can neuroscience provide the answers? Med Hypotheses, 75, 594-599.                                                                                                                
Pulver S.E. (2003), On the astonishing clinical irrelevance of neuroscience, J Am Psychoanal Assoc 51:755–72.                                                                                                  
Roth A., Fonagy P. (2004), What works for whom. A critical review of psychotherapy research, New York, Guilford.

Compléments :                                                                                                                                                  
Fédida Pierre, Laurent Eric

Ajouter un commentaire