Epigénétique

Épigénétique                                                                                  

 

 

Anglais : Epigenetics

L’épigénétique étudie les altérations d’activité des gènes qui ne sont pas dues à des variations de la séquence d’ADN et elle recherche les mécanismes moléculaires qui peuvent expliquer les modifications de l’activité génique provoquées par un facteur environnemental. Ces modifications peuvent être profondes, durables et parfois transmissibles à la génération suivante. Dans ce domaine, de nombreuses recherches sont orientées dans la recherche des traces laissées par des expériences difficiles — blessures, stress, etc. — sur le cerveau en développement.         

------------------------------------------------------                                                                                                                                                                     

Les résultats des recherches dans le domaine de l’épigénétique commencent à révéler les bases biologiques de ce qui était depuis longtemps l’objet d’étude des cliniciens d’orientations psychanalytique, à savoir l’impact des expériences précoces sur la santé mentale des adultes.                                                          

L’épigénétique, de la même façon que la plasticité neuronale, met en avant la singularité et l’unicité du sujet. L’un et l’autre montrent qu’il y a des processus qui séparent l’individu de sa détermination génétique, c’est-à-dire qu’il y a des déterminations génétiques qui rendent libre et non déterminé l’individu (Ansermet et Magistretti, 2004). Pour l’épigénétique, il y a une modulation des facteurs génétiques par des facteurs de l’environnement, et pour la plasticité neuronale, ce sont les facteurs psychiques qui modifient les connexions synaptiques modulées par les facteurs génétiques (Ansermet et Magistretti, 2004).

                                                                                                  ________________

Bibliographie :                                                                                                                    

Ansermet F., Magistretti P. (2004), À chacun son cerveau. Plasticité neuronale et inconscient, Odile Jacob.                                                                                              

Ladha K., Monhonval P., Lotstra F. (2012), Traces épigénétiques des carences affectives précoces, in : Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, 2012/2 (n° 49), De Boeck Supérieur.          

T. L. Bale, T. Z. Baram, A. S. Brown et coll. (2010), “Early Life Programming and Neurodevelopmental Disorders”, Biological Psychiatry, 2010, vol. 68, no 4, p. 314-319.

Compléments :                                                                                                                     

Génétique, Plasticité neuronale

Ajouter un commentaire