Définition de la Neuropsychanalyse

 

Extrait de “Dictionnaire de neuropsychanalyse" de Serafino Malaguarnera, 12 octobre 2016, pp. 315-321.

La neuropsychanalyse est une nouvelle approche qui se propose de rechercher des concepts permettant le dialogue et l’intégration entre des disciplines aux approches différentes, notamment entre la psychanalyse et les neurosciences. La neuropsychanalyse, qui n’est pas une école de psychanalyse, est un domaine d’étude scientifique du psychisme humain qui privilège les travaux empiriques plutôt que la spéculation et  regroupe les recherches impliquant différentes méthodes qui se situent le long de la frontière entre la psychanalyse et les neurosciences (Solms et Turnbull, 2011).                                      
La neuropsychanalyse ne propose pas un échafaudage conceptuel propre ou une théorie centrale. Selon Daniel Widlöcher, elle ne serait pas une science à part, mais plutôt un lieu d’échange entre neuroscientifiques et psychanalystes. Dans ce lieu d’échange, se précise une dimension épistémologique et pragmatique permettant une articulation entre les neurosciences et la psychanalyse (Ouss-Ryngaert, 2009).                                                                                                                                  
Selon Mark Solms, Freud serait le véritable fondateur de la neuropsychanalyse, car, au départ, il voulait rapprocher la psychanalyse à la biologie de l’esprit, initiative qu’il a dû abandonner parce que les découvertes et les technologies de l’époque ne le permettaient pas. Freud aurait abandonné momentanément cette initiative pour faciliter le développement de la psychanalyse tout en envisageant qu’elle serait reprise un jour lorsque les progrès dans le domaine de la neurobiologie permettraient une réconciliation avec les découvertes de la psychanalyse (Solms et Saling, 1986 et 1990 ; Kaplan et Solms, 2000 ; Solms, 2000). La neuropsychanalyse s’est fixé l’objectif de reprendre ce projet, car les avancées dans le domaine des neurosciences fournissent à présent les bases biologiques que Freud cherchait pour certaines fonctions de base de sa théorie psychanalytique de l’esprit (Schore, 1997 ; Mancia, 2006, 2007) et peuvent être finalement intégrées par la psychanalyse. Ces avancées des neurosciences sont surtout celles qui sont survenues au cours des deux dernières décennies dans le domaine des neurosciences affectives (Damasio, 1994, 1999, 2011; LeDoux, 1996, 2000; Panksepp, 1998, 2011) (1) et des neurosciences sociales (Cacioppo, Berntson, Sheridan, McClintock, 2000; Cacioppo, Visser, Pickett, 2005; Decety et Cacioppo, 2011).                                                                                                                                                    
La neuropsychanalyse tente de relier la perspective interne — celle de l’individu — et la perspective externe — celle de l’observateur — (Solms et Turnbull, 2002). Ainsi, la recherche neuropsychanalytique associe l’étude introspective de l’esprit (la technique de la libre association serait un exemple de méthode introspective affinée par la psychanalyse) et l’étude objective neurologique, grâce aux techniques sophistiquées de la neuroimagerie. En réunissant les données fournies par ces deux études, la recherche neuropsychanalyse a commencé à préciser des liens entre certaines activités psychiques décrites par la psychanalyse et les processus cérébraux sous-jacents.                                                                                                  
Le concept de neuropsychanalyse présente des avantages et désavantages. Concernant les avantages, la neuropsychanalyse ouvre les portes à un véritable dialogue entre deux disciplines séparées pendant des décennies permettant aux neurosciences et à la psychanalyse de s’entre-fomer et de s’entre-interroger. Elle favorise effectivement un rapprochement entre les cliniciens et les chercheurs dans le domaine des neurosciences ou des savoirs impliqués dans la compréhension du fonctionnement psychique. Ce rapprochement est autant profitable pour la psychanalyse, qui risque de se replier sur soi-même (Kandel, 1999), que pour les neurosciences, qui risquent de se couper du fonctionnement humain dans sa réalité subjective. Pour les désavantages, il y aurait un danger de confondre les différents plans épistémologiques entre les différents domaines de recherche (Golse, 2014).                                                                                                                        
Les progrès dans le domaine de la neuropsychanalyse permettent de freiner le processus de marginalisation, actif depuis quelques décennies, de la psychanalyse dans le monde académique et le domaine des fournisseurs de soins de santé qui sont moins disposés à couvrir les coûts de traitement psychanalytique. Depuis seulement une décennie,  nous assistons pour la première fois dans l'histoire  à une contribution de la psychanalyse aux neurosciences à travers la publication des recherches de la neuropsychanalyse dans des revues neuroscientifiques qui remet la théorie psychanalytique dans le discours et la recherche psychologique, psychiatrique et neuroscientifique actuelle (voici quelques exemples : Fotopoulou, Solms, Turnbull, 2004; Turnbull, Berry, Evans, 2005; McKay et Cipolotti, 2007;  Fotopoulou, Conway, Tyrer et coll., 2008; Fotopoulou, Pernigo, Maeda, Rudd, Kopelman, 2010;  Carhart-Harris et Friston 2010).  De nombreux psychanalystes de la communauté neuropsychanalytique croissante obtiennent des fonds pour des recherches où on utilise des méthodes psychanalytiques pour étudier des notions psychanalytiques (Solms et Turnbull, 2011).                                                
 ________________

1. Voir : Damasio Antonio, Ledoux Joseph, Jaak Panksepp

Bibliographie :                                                                                                                                                    

Bernard G. (2014), Préface, in : Les liens corps esprit - Regards croisés à partir de cas cliniques de Chantal Jaquet ,Pauline Neveu,Eric W. Pireyre ( 15 janvier 2014 )Pireyre E. W., Jaquet C., Neveu P., de Sainte Maréville F., Scialom P., Dunod.              
Cacioppo J. T., Berntson G. G., Sheridan J. F., McClintock M. K. (2000), Multilevel integrative analyses of human behavior: Social neuroscience and the complementing nature of social and biological approaches, Psychological Bulletin, 126: 829–843. 

Cacioppo J. T., Visser P. S.,  Pickett C, L. (Eds.) (2005), Social Neuroscience: People Thinking about Thinking People (English Edition), Cambridge, MA: MIT Press.                                                   
Carhart-Harris R.LFriston K.J. (2010), The default-mode, ego-functions and free-energy: a neurobiological account of Freudian ideas, Brain, 2010 Apr, 133(Pt 4):1265-83.               
Decety J., Cacioppo J. T. (2011), Handbook of Social Neuroscience, New York: Oxford University Press.
Fotopolou A., Solms M., Turnbull O. H. (2004), Wishful reality distortions in confabulation. Neuropsychologia, 42: 727–744.                                                                                         
Fotopoulou A., Conway M. A., Tyrer S., Birchall D., Griffiths P., Solms M. (2008), Is the content of confabulation positive? An experimental study, Cortex, 44: 764–772.  Fotopoulou A., Pernigo S., Maeda R., Rudd A., Kopelman M. A. (2010), Implicit awareness in anosognosia for hemiplegia: Unconscious interference without conscious representation,  Brain, 133: 3564–3577.                                                                                            
 Kandel E. (1999), Biology and the future of psychoanalysis: a new intellectual framework for psychiatry revisited. American Journal of Psychiatry ,156, 4, 505-524. Traduction : Un nouveau cadre conceptuel de travail pour la psychiatrie, Evol. Psychiatr 2002 ; 67 (1) : 1-278.                                                                                                                                             
Kaplan-Solms K., Solms M. (2000), Clinical Studies in Neuro-Psychoanalysis, Karnac Books.                                  
McKay R., Cipolotti L. (2007), Attributional style in a case of Cotard delusion. Consciousness and Cognition, 16: 349–359.                                                                                           
Ouss-Ryngaert L. (2009), La neuropsychanalyse en question, in : Georgieff N., Golse B., Ouss L., Widlöcher D. (sous dir.), Vers une neuropsychanalyse ?, Odile Jacob.                                     
Solms M., Saling M. (1986), On psychoanalysis and neuroscience: Freud’s attitude to the localizationist tradition, International Journal of Psychoanalysis, 67, 397-416.                                      
Solms M., Saling M. (1990), A moment of transition: two neuroscientific articles by Sigmund Freud, London, Karnac.                                                                                                        
Solms M. (2000), Freud, Luria and the clinical method, Psychoanalysis and History, 2 : 133-138.                                                                                                                                                             
Solms M., Turnbull O. (2002), Le cerveau et le monde interne, PUF, 2015.                            
Solms M., Turnbull O. (2011),  What Is Neuropsychoanalysis?, Neuropsychoanalysis, 13 (2) 1.                                                                                                                                                                       
Turnbull O. H., Owen V., Evans C. E. Y. (2005), Negative emotions in anosognosia, Cortex, 41: 67–75.


Compléments :                                                                                                                                                  
Bernard Golse, Solms Mark                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

Ajouter un commentaire