Mark Solms

 

Extrait de “Dictionnaire de neuropsychanalyse" de Serafino Malaguarnera, 12 octobre 2016, pp. 422-425.

MarkSolms 

Mark Solms (1961 – ) est  un neuropsychologue et psychanalyste sud-africain. Il est chargé de cours en neurochirurgie à l’hôpital St Bartholomew  et à la  Royal London School of Medicine, et professeur de neuropsychologie à l’université de Cape Town en Afrique du Sud. Il est le Président fondateur de la Société Internationale de Neuro-psychanalyse, directeur du Centre International de Neuro-psychanalyse de Londres et directeur de l’ Arnold Pfeffer Center for Neuro-Psychoanalysis à la NYPI et le coprésident de l’INPS.                               

Mark Solms est encore étudiant à l’Université de Witwatersrand à Johannesburg lorsqu’il rencontre le professeur Michael Saling, un chercheur en neurosciences, qui lui suscite un intérêt pour la neuropsychologie. Son intérêt pour Freud commence avec la fréquentation du séminaire enseigné par le professeur de philosophie Jean Pierre Delport. Il commence à lire Le projet d’une psychologie scientifique de Freud et il y trouve des développements concernant des questions qu’il trouve essentielles pour comprendre le fonctionnement de l’esprit. Ensuite, il lit l’étude sur l’aphasie, et, en 1986, il publie l’article Sur la psychanalyse et neurosciences dans l’International Journal of Psychoanalysis. Mark Solms considère cette lecture comme un tournant dans sa vie, car à partir de cette période il embrasse la psychanalyse comme une manière de penser et un moyen pour offrir aux neurosciences ce qui leur manquait, notamment une science de la personne et de la subjectivité. En travaillant en deux hôpitaux — de Johannesburg et Soweto — aux services de neuropsychologie, Mark Solms suit des patients ayant des blessures au cerveau et à la colonne vertébrale avec lesquels il apprend quel est l’impact de leurs blessures et leur traumatisme sur leur vie. En observant des milliers de patients, il constate une corrélation entre les changements dans certaines zones du cerveau et les différentes modifications de leurs personnalités. Avant de quitter son travail, Mark Solms forme son remplaçant Oliver Turnbull.              

Après avoir fait des entretiens à New York et Londres, Mark Solms et son épouse Karen Kaplan préfèrent s’installer à Londres, car il se sent plus compris qu’à New York et n’y trouve pas une discrimination des demandeurs non médicaux présente à New York. À Londres, il commence une analyse avec Clifford Yorke, psychanalyste d’orientation annafreudienne.                                En 1992, il est invité à un séminaire de l’Académie de médecine de New York pour exposer son étude clinico-anatomique sur le rêve. Arnold Pfeffer, invité par Ostow pour qu’il puisse rencontrer Mark Solms, est ravi de l’entendre et de le connaître. En 1993, Mark Solms est invité à présenter des séminaires pour le Study Group.                                                                                                                   Il est co-auteur, avec Oliver Turnbull, de l’ouvrage Brain and the Inner World: An Introduction to the Neuroscience of Subjective Experience.                                                                                                  ★                                                   En 1986, Mark Solms publie un article qui expose le projet de réunir la psychanalyse avec les neurosciences, qui est considérée comme une première étape de la naissance de la neuropsychanalyse. En 1990, il fait la navette à New York pour participer aux réunions au sein de la Neuroscience and Psychoanalysis Study Group au New York Psychoanalytic Institue (NYPI). En 1992, Mark Solms présente au Psychoanalysis Neuroscience Study Group son travail de thèse sur le rêve, publié en 1997, qui annonce que le rêve et le sommeil paradoxal ne sont pas corrélés (1). En 1998, lorsqu’il se trouve avec Edward Nersessian à la maison de Arnold Pfeffer, le terme de neuropsychanalyse lui vient à l’esprit (Smaller, 2006).      Mark Solms et Oliver Turnbull (2002) soutiennent l’idée qu’il n’y a pas une vraie dichotomie entre les neurosciences et la psychanalyse, car ce que Freud décrit dans ses écrits de métapsychologie est ce que les neuro-cognitivistes étudient depuis quelques décennies. Par exemple, le célèbre diagramme du chapitre VII de L’interprétation des rêves (Freud, 1900) est une tentative d’exposer la représentation fonctionnelle de l’esprit rêvant qui se retrouve chez Allan Hobson (2000) lorsqu’il propose sa représentation fonctionnelle de ce qu’il appelle le cerveau rêvant. De plus, les neurosciences ont également commencé à s’intéresser au fonctionnement psychique interne qu’ils ne prenaient pas en compte avant. Ainsi, nous avons deux descriptions métapsychologiques différentes des mêmes processus psychiques présentées par les neurosciences et la psychanalyse. Mark Solms se propose avec la neuropsychanalyse d’intégrer, combiner et réconcilier les recherches menées dans ces deux domaines d’étude du fonctionnement psychique. Plus précisément, les recherches de Mark Solms visent à montrer la compatibilité de la théorie des pulsions et de l’appareil psychique décrits par Freud avec les données des neurosciences et la possibilité de les intégrer avec ceux-ci de sorte que chacun se trouve enrichi. En effet, la psychanalyse peut recueillir des neurosciences des données fiables de certaines parties du fonctionnement psychique et les neurosciences, quant à elles, peuvent collecter des données du fonctionnement psychique interne auxquelles elles ne peuvent pas y accéder comme les sentiments, fantasmes et souvenirs. Mark Solms dénonce les préjugés qui sont présents autant auprès des neuroscientifiques, bien qu’ils aient de moins en moins de préjugés, autant auprès des psychanalystes qui préfèrent l’isolement théorique. Les recommandations de Freud de rester distant des neurosciences étaient une stratégie momentanée (2). Malheureusement, elles continuent à être transmises par les psychanalystes malgré les progrès des neurosciences que Freud espérait voir le jour pour les réconcilier avec la psychanalyse.              

Dans le débat sur le monisme et le dualisme concernant le problème philosophique sur le thème de la relation entre le cerveau et le corps, Mark Solms et Oliver Turnbull situent la neuropsychanalyse dans le monisme à double aspect (3).                                                                                                 

Jean-Benjamin stora (2011) reproche aux recherches neuropsychanalytiques de Mark Solms l’absence de la dimension neuro-hormonale (4).      

________________
                                                                                                                                    

▲ 1. Voir : Rêve                                                                                                             

2. Voir : Neuropsychanalyse                                                                                        

3. Voir : Monisme                                                                                                          

4. Voir : Stora Jean-Benjamin

Bibliographie :                                                                                                                               

Freud S. (1900), L’interprétation des rêves, trad. I. Meyerson et D. Berger, PUF, 1969.

Hobson J.A., Pace-Schott E.F., Stickgold R. (2000), Dreaming and the brain : Towards a cognitive neuroscience of conscious states, Behavioral and Brain Sciences, 23 : 793-842, p.835.                                                                                                                                                                          

Solms M., Saling M. (1986), On psychoanalysis and neuroscience: Freud’s attitude to the localizationist tradition, International Journal of Psychoanalysis, 67, 397-416.

Solms M., Saling M. (1990),  À moment of transition: two neuroscientific articles by Sigmund Freud, London, Karnac.

Solms M. (1993), Summary and discussion of the paper: “The neuropsychological organization of dreaming: implications for psychoanalysis”,Bulletin of the Anna Freud Centre, 16, 149-165.   

Solms M. (1997), The neuropsychology of dreams: a clinico-anatomical study, Hillsdale, Lawrence Erlbaum.       

Solms M. (1998), Preliminaries for an integration of psychoanalysis and neuroscience, Bulletin of the British Psycho-Analytic Society, 34, 9, 23-38. Presented at a meeting of the Contemporary Freudian Group of the British Psycho-Analytical Society on 10 June 1998.     

Kaplan-Solms K., Solms M. (2000),  Clinical Studies in Neuro-Psychoanalysis, Karnac Books.                                                                                                                                                                            

Solms M. (2000), Introductory essay for a Centenary reprint of the 1st edition of Freud’s “Traumdeutung”, Fischer Verlag, Frankfurt am Main.

Solms M., Turnbull O. (2002), Le cerveau et le monde interne, PUF, 2015.

Solms M. (2004), Freud returns, Scientific American, 5, 852-88.

Smaller M. D.  (2006), Bringing the Soul into Neuroscience: An Interview with Mark Solms,  Quarterly Publication of the American Psychoanalytic Association, Volume 40, N°1, 13-14.                                                                                                                                                        

Stora J.-B. (2011), Neuropsychanalyse. Controverses et dialogues, MJW Fédition, Paris.

Compléments :                                                                                                                                                

Agnosticisme, Agressivité, Amnésie infantile, Angoisse, Anosognosie, Aphasie, Binding problem, Ça (Subst.), Censure, Confabulation, Conscience, Conversion, Émotion, Esquisse d’une psychologie scientifique , Fonction canal, fonction état, Fotopoulou Aikaterini, Freud Sigmund, Kaplan Karen, Korsakoff (Syndrome de — ), LeDoux Joseph, Luria Aleksandr Romanovich, Moi, Monisme Neurodynamique, Neuropsychanalyse , Neuropsychoanalysis, Neurosciences, Ocytocine Orgasme, Position dépressive, Position schizoparanoïde, Processus primaire, Processus secondaire, Quatrième ventricule, Ramachandran Vilayanur S. , Régression, Saling Michaël, Société internationale de neuropsychanalyse, Sommeil, Turnbull Oliver, Zones érogènes

Dictionnaire de neuropsychanalyse

Ajouter un commentaire