Processus primaire, processus secondaire - Traitement analogique, Traitement cognitif

 

 


Extrait de “Dictionnaire de neuropsychanalyse" de Serafino Malaguarnera, 12 octobre 2016, pp. 453-454

Anglais : Analog processing, Cognitive processing

Le cerveau réalise le stockage des informations suivant deux modes ayant des propriétés distinctes. Le premier mode, appelé traitement analogique, a été décrit par le mathématicien John Hopfield (1982), qui a appliqué les connaissances de la physique des particules aux réseaux neuronaux. Il a montré que les neurones réunis en réseaux interagissent et se modifient constamment comme des molécules. Au départ, plusieurs aspects d’un stimulus perceptif se constituent en un réseau de neurones formant un bassin d’attraction. Ensuite, il suffit de percevoir un de ces aspects de ce stimulus initial pour que le bassin d’attraction soit activé et réévoque la totalité du stimulus initial. Par exemple, si un bassin d’attraction se constitue à partir d’une image d’un chien, il suffit ensuite de présenter cette image en pointillé pour que le bassin d’attraction soit activé et que la personne perçoit un chien. Ces bassins d’attractions sont également responsables de certaines associations. Ainsi, si chaque fois que je vais trouver ma grand-mère, elle m’offre un cake, la vue d’un cake à la boulangerie pourrait évoquer ma grand-mère. Ces réseaux ont plusieurs propriétés comme des propriétés émergentes (1). Ou encore, l’information est traitée très rapidement, car elle est traitée et enregistrée en 100 ou 200 millisecondes. Ce temps d’enregistrement nous ne donne pas la possibilité d’avoir conscience des opérations qu’y sont traitées. Ce serait donc un traitement insu, ou, en d’autres termes, inconscient. Le deuxième traitement, qui fait appel au cortex préfrontal, est beaucoup plus lent, car le temps est retenu et l’information est retenue en mémoire pendant plus de 300 millisecondes. Ici, l’information est analysée consciemment avant d’être stockée.                                                                                                                                                                                                                                       -------------------------------------------                                                   

Les propriétés et les caractéristiques de ces deux différents modes de traitement de l’information amènent Jean-Pol Tassin (2005 ; 2012) à rapprocher le traitement analogique au processus primaire et le traitement cognitif au processus secondaire de la théorie psychanalytique. Effectivement, le traitement analogique et le processus primaire se caractérisent tous les deux par un mode associatif, une rapidité de traitement de l’information ou, en d’autres termes, un traitement automatique et inconscient de l’information, et un traitement de l’information qui opère sur le mode de la similarité, de la contiguïté et de la ressemblance. Le traitement cognitif et le processus secondaire se caractérisent tous les deux par un traitement conscient de l’information. De plus, comme le souligne la psychanalyse, le traitement cognitif ne représente pas le mode de traitement dominant du fonctionnement cérébral et fonctionne en interaction avec le mode de traitement analogique.          

_______________
                                                                                                                                                       
1. Voir : Associativité

Bibliographie :                                                                                                                                         
Hopfield J. J. (1982), Neural networks and physical systems with emergent collective computational abilities, Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, vol. 79 no. 8 pp. 2554–2558.                                                                                                                         
Tassin J.P. (2005), Le sommeil, la mémoire et le rêve, Spirale 2/2005 (no 34), p. 31-39 
URL : www.cairn.info/revue-spirale-2005-2-page-31.htm.                                                               
Tassin J.P. (2012), Je n’aurais pas eu assez d’imagination pour inventer ma vie, in : Itinéraires de chercheurs, Truffa E., L’Harmattan. 

Compléments :                                                                                                                                                     
Amnésie infantile, Stockage, Tassin Jean-Pol

Ajouter un commentaire